Rénovation de l'habitat ancien : un pilier essentiel de la transition !

de Polénergie - ProXimités N°6 "spécial Ardèche en Transition" mars 2013

Avec 32 % de la consommation nationale, le logement est le secteur le plus consommateur d'énergie, à égalité avec les transports et devant l'industrie. L'Ardèche compte environ 175 000 logements, dont les deux tiers construits avant 1975, c'est-à-dire avant toute réglementation thermique : un gisement considérable d'économies d'énergie à exploiter, en veillant à laisser là où elles sont les chimères gazeuses qu'abriterait notre sous-sol...

 

Pour rester en phase avec les objectifs de long terme, notamment la division par 4 de nos émissions de gaz à effet de serre en 2050, il est absolument essentiel de rénover dès à présent les logements au standard de la basse consommation, afin que les travaux d'aujourd'hui « ne tuent pas le gisement d'économies d'énergie ».

D'accord, mais on fait comment ? Sur le plan technique, pas de mystère, on sait faire ! Un logement économe, c'est un logement bien isolé, avec des vitrages performants, une gestion optimisée des apports externes d'énergie, un traitement des ponts thermiques, une étanchéité à l'air soignée, des systèmes de chauffage, de production d'eau chaude et de ventilation performants. Il est également important de s'assurer de la durabilité des travaux engagés : matériaux adaptés, gestion de l'humidité, qualité de mise en œuvre, organisation du chantier. Sans oublier que les usages électroménagers deviennent prépondérants dans les consommations des bâtiments performants et méritent une attention particulière.

Et combien ça coûte ? Moins cher que de ne rien faire ! En effet, les économies d'énergie sont souvent plus importantes que le montant du remboursement des travaux. Il est donc grand temps de mettre en place un plan ambitieux de rénovation thermique des logements, dans lequel les solutions de financement occuperont une place de choix.

Mais gardons en tête que si nous nous contentons seulement de baisser nos consommations d'énergie et de remplacer les fossiles par les renouvelables, on ne résout pas le problème : il faut de vraies perspectives politiques et une cohérence dans tous les domaines pour amorcer la transition vers une société du « bien vivre » !

Rejoignons-les sur les chemins de la transition !

Anne-Sophie et Philippe : faire soi-même pour diminuer les coûts

Anne-Sophie et Philippe on récemment fait l'acquisition d'une maison pavillonnaire des années 90, qu'ils ont en grande partie rénovée de leurs mains : renforcement de l'isolation des murs et du toit avec des matériaux écologiques, changement des menuiseries, capteurs solaires pour le chauffage et l'eau chaude, poêle à bois pour les jours nuageux,... Résultat : le soleil et trois stères de bois suffisent à chauffer l'air et l'eau de cette maison de 100m², et l'ancienne chaudière au fioul a pu prendre une retraite bien méritée !

Claire et Jacques : quand logement social rime avec écologie

Claire et Jacques se sont lancés dans la réhabilitation d'un bâtiment inoccupé depuis plus de 50 ans en plein cœur d'Alba-la-Romaine. Celui-ci abrite maintenant, à deux pas des commerces et services qu'offre le village, un cabinet médical et quatre logements sociaux écologiques : toiture isolée avec de la laine de bois, murs doublés en béton de chaux-chanvre, sol isolé avec du liège, chaudière collective au bois déchiqueté,... Un exemple à suivre pour le logement social !

Contact : association Polénergie, 39 rue Jean-Mermoz, 07200 Aubenas. Tél. : 04 75 35 87 34

Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – Site : www.polenergie.org