L'emballement du dérèglement climatique

Par Corinne Morel Darieux du PG, le 9 mars 2013.

Saisie au bond d'un joli cas pédagogique venu du Canada qui illustre bien que le dérèglement climatique n'est pas un phénomène linéaire, mais un emballement.

Ça change quoi ? Ben, c'est pire, juste.

C'est à peu près la différence entre une courbe linéaire et une courbe exponentielle. Ça veut dire qu'au lieu d'augmenter tranquillement comme prévu, la courbe de température globale à la surface de la Terre risque fort de ressembler à ça (B).

 

croissance_lineaire_ou_exponentielle.jpg... Et aujourd'hui la complexité de tous ces phénomènes convergents et interdépendants font qu'on est diablement incapables d'en calculer précisément le rythme et ses effets. Mais on commence quand même à avoir une petite idée. Exemple avec les glaciers du Canada, selon une étude publiée ce 7 mars in Geophysical Research Letters : prévisions actuelles de réchauffement > fonte de 20% des glaciers d'ici 2100 > perte de surface de réfléchissement > hausse de 3°C > montée niveau de la mer de 3,5cm > accélération fonte des glaciers > montée niveau des océans de 20cm > ... ...

Ça vaut aussi pour le pergelisol, ou permafrost : sols gelés en permanence du côté de l'Arctique et de l'ex URSS. Ceux ci se dégèlent de plus en plus avec le réchauffement climatique, en se dégelant ils libèrent des gaz qui étaient jusqu'ici emprisonnés dans le sol, dont un paquet de carbone et de méthane qui a un pouvoir d'effet de serre bien plus important que le CO2, qui à son tour accélère le réchauffement, qui à son tour augmente le dégel qui à son tour..

Lire l'article avec les illustrations sur le blog de corinne morel darleux