COP 21 : L’accord de Paris n’est pas le fin mot de l’histoire, juste la fin d’un chapitre.

Le 12 décembre 20h50 - Communiqué de www.350.org/fr

Aujourd’hui fut un jour historique à Paris : des milliers de personnes ont rempli les rues, pendant que les dirigeants politiques finalisaient le premier projet d’accord universel sur le climat.
L’accord prévoit de maintenir le réchauffement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, de poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C, et d’atteindre la ‘neutralité carbone’ peu après le milieu du siècle. Ce n’est pas à la hauteur de nos espérances, mais c’est un accord qui envoie un signal clair : il faut laisser les combustibles fossiles dans le sol, et désinvestir du pétrole, du charbon et du gaz.

Cet accord est une étape majeure - mais cette étape n’est pas une fin en soi. Notre objectif, c’est une planète juste et vivable.

Même s’il est suivi à la lettre, l’accord laisse bien trop de gens exposés à la violence de la montée du niveau de la mer, aux tempêtes et à des sécheresses marquées. Il contient trop de vides juridiques qui pourraient empêcher une vraie action. Et cela, en dépit des efforts héroïques des dirigeants des pays et communautés vulnérables qui se sont battus pour avoir un accord basé sur l’état des connaissances scientifiques.

Mais les entreprises exploitant du charbon, du pétrole et du gaz ne devraient pas crier victoire. Pour rester sous 2°C il faut laisser 80% des combustibles fossiles sous terre, et pour atteindre 1.5°C, encore plus. Et les pays doivent revenir à la table des négociations tous les 5 ans pour revoir leurs ambitions à la hausse.

L’accord de Paris n’est pas le fin mot de l’histoire, juste la fin d’un chapitre. Maintenant, il ne tient qu’à nous de renforcer ses promesses, de nous assurer qu’elles soient tenues, et d’accélérer la transition vers une énergie 100% renouvelable.

Alors que les dirigeants finalisaient le texte de l’accord, des milliers de personnes étaient dans les rues de Paris pour montrer leur détermination à continuer le combat

Autour du monde, ont eu lieu des centaines d’actions en solidarité, toutes avec le même message: il ne tient qu’à nous de laisser les combustibles fossiles dans le sol.

Tou.te.s ensemble, une fleur à la main, nous avons formé des lignes rouges dans la rue - parce qu’il faut tracer des lignes de démarcation dans cette bataille pour la justice climatique, et parce que nous avons choisi le camp de ceux qui sont en première ligne de la crise.

D’autres lignes sont dessinées dans le monde entier pointant du doigt les vrais coupables de ces deux dernières semaines: l’industrie fossile, qui a tout fait pour affaiblir ce traité très tardif.

Sans la pression de la société civile, les dirigeants auraient continué à ignorer cette crise. Et c’est la mobilisation citoyenne qui va permettre de combler l’écart entre ce qui a été signé aujourd’hui et ce dont nous avons vraiment besoin.

Le prochain chapitre de cette histoire commence aujourd’hui. Nous vous annoncerons sous peu comment nous l'écrirons ensemble.

Si vous lisez ces mots, c’est que vous avez pris part à tout le travail qui nous a conduits jusqu’ici, et je veux prendre le temps de vous en remercier. 2015 a été une année historique, car nous avons oeuvré ensemble pour bâtir un mouvement puissant et plein d’espoir.

Avec gratitude et conviction,
toute l'équipe de 350