De la crise à la transition : changeons d'avenir !

de Joseph Bourez, Polénergie - ProXimités N°6 "spécial Ardèche en Transition" mars 2013

Les nouvelles du changement climatiques sont de plus en plus graves. Ses effets se manifestent partout. Les accidents climatiques pèsent déjà lourdement sur nos vies. Pourtant nos émissions de gaz à effet de serres augmentent sans cesse, même en France où la baisse affichée masque un transfert de nos émissions vers les nouveaux pays d'industriels qui fabriquent presque tous les objets de notre quotidien.

 Nous sur-exploitons les ressources naturelles. Les produits pétroliers deviennent de plus en plus difficiles et polluants à extraire, Nous prenons des risques énormes et provoquons des catastrophes environnementales et sanitaires. Les métaux et l'eau douce commencent eux aussi à manquer, ce qui provoque de vives tensions internationales. En attendant, les pays industrialisés et leurs firmes s’accaparent les terres et les gisements, anticipant sur les crises à venir.

Les milieux naturels sont de plus en plus pollués et leur état biologique se dégrade. En France, les pollutions agricoles provoquent la fermeture de 400 captages d'eau potable chaque année. Une majorité de milieux naturels sont en mauvais état; dans ces conditions les espèces animales et végétales peinent à s'adapter au changement climatique. Jamais la planète n'a été aussi mal préparée à affronter les changements majeurs qui l'attendent. A peine 200 ans après la révolution industrielle nous atteignons les limites de ce que la terre est capable de subir.

Dans ce contexte, il nous faut inventer les voies d'un avenir désirable. Pour cela, nous devrons imaginer des modes de vie adaptés aux capacités réelles de la Planète. Nous serons bientôt 9 à 10 milliards d'Humain à vouloir relever cet immense défi. Vu l'ampleur des changements à accomplir et les problèmes qui s'accumulent, nous n'avons plus le choix, il faut se mettre en chantier dès maintenant. Pour la première fois dans son histoire, l'Humanité prend la mesure de la relation étroite qu'elle entretient avec la Terre. C'est un véritable changement de modèle de société qui commence, c'est la Transition.

Il faut bien regarder les choses en face, aucune solution « technologique » ne peut prétendre nous affranchir de la réalité. Réussir la transition suppose de revoir très largement nos modes de vie et de consommation, nos relations aux autres, qu'ils soient proches ou lointains.

Mais arrêter d'être trop riches ne devrait pas nous empêcher d'être heureux. Déjà des prospectives montrent qu'il existe des solutions viables. Nous devrons d'abord ré-apprendre à faire la part de nos besoins réels. Si aucun de nous ne doit avoir à renoncer à son épanouissement, il faudra bien sortir de la sur-consommation. La sobriété ce n'est pas la privation, mais le « bien-vivre ». Il faudra ensuite chasser les gaspillages, trouver les bonnes manières de ne plus rien gâcher et valoriser les pertes. En un mot être efficace. Une fois les besoins limités et les pertes évitées, nous serons en mesure de nous satisfaire des ressources naturelles disponibles : le monde vivant regorge de richesses sans cesse renouvelées grâce à l'énergie dispensée par le soleil, il offre aux Hommes une immense diversité de biens.

Ce changement est possible, mais il suppose le respect de tous, la solidarité et la dignité. A l'échelle de la planète et de ses enjeux, aucune solution n'est valable si elle compromet celles des autres. La transition chacun dans son coin ça n'existe pas !

Partout, à travers le monde et juste à coté de nous, des gens osent se lancer, proposent des initiatives, inventent ce nouveau monde. Porteurs d'espoirs, ces défricheurs lèvent le rideau sur la transition !