Une étude rappelle l’urgence de l’élimination des combustibles fossiles

Le 22 mars 2017 par Ama Lorenz www.euractiv.fr - EURACTIV.de translated by Marion Candau

L’élimination des combustibles fossiles et la transition vers les renouvelables au niveau international est indispensable pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat, rappelle une étude. Un article d’EurActiv Allemagne.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel (SPD), qui a souvent protégé l’industrie du charbon en tant que ministre de l’Économie, veut désormais profiter de la présidence de l’Allemagne au G20 pour encourager la transition énergétique de son pays, l’Energiewende, et la déployer dans le monde.

Devant des ministres, des représentants de l’industrie et des associations de 93 pays réunis pour le Berlin Energy Transition Dialogue, Sigmar Gabriel a exposé les vertus de la transition énergétique tout en envoyant une pique aux États-Unis : « la politique énergétique est un sujet qui ne peut pas être discuté au sein des frontières nationales. Le changement climatique ne peut pas être combattu avec des barrières et en s’isolant, mais plutôt grâce à une coopération internationale. Nous avons besoin d’échanges entre la politique, la science et l’économie à travers les frontières nationales. »

Un quart des gaz à effet de serre allemands viennent des 30 plus grandes centrales à charbon. L’appétit des nations industrielles pour le charbon provoque des dégâts dramatiques sur l’environnement et sur les populations du monde entier. Les associations de défense de l’environnement et des énergies renouvelables demandent depuis longtemps aux dirigeants de lutter contre les puissantes entreprises d’énergie.

Ainsi, en vue du sommet du G20 en juillet, le gouvernement allemand sent qu’il est de son devoir de rappeler aux autres gouvernements leurs obligations vis-à-vis de l’accord de Paris et de damer le pion aux opposants à la transition énergétique.

Faire face à l’opposition américaine

Cette stratégie vise bien évidemment l’opposition américaine à l’abandon d’une économie à fortes émissions de carbone, afin d’éviter que les investissements affluent vers les combustibles fossiles au dépens des renouvelables.

À cet égard, le ministère de l’Économie allemande estime qu’il a remporté une victoire en réunissant l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) pour collaborer sur une étude.

« Donald Trump cherche à faire machine arrière en termes de politique climatique, et ce, malgré toutes les preuves scientifiques. Dans ce contexte, quand deux organisations, aux histoires différentes, appellent ensemble à un investissement massif dans les énergies renouvelables et dans l’efficacité énergétique, pas seulement pour atteindre les objectifs climat mais aussi pour entraîner des milliards de bénéfices économiques, il s’agit d’un signal fort », a déclaré Rainer Hinrichs-Rahlwes, membre de l’association allemande pour les énergies renouvelables (BEE). « Tout retard coute très cher », a-t-il prévenu.

L’Europe reste timorée face à l'énergie solaire

L’énergie solaire jouera un rôle important dans les efforts européens pour limiter au maximum les émissions de CO2 de l’économie. Euractiv Allemagne se penche sur la place des programmes locaux dans la politique énergétique européenne.

Course contre la montre

L’étude soutient en effet que tout retard pris dans la transition énergétique mondiale augmente considérablement le risque de voir les investissements aspirés dans les combustibles fossiles, appelés « investissements échoués ». C’est pourquoi l’étude rappelle à l’Allemagne d’éliminer progressivement le charbon, le plus tôt possible.

« Les chiffres de cette étude montrent bien que tout investissement dans les centrales à charbon ou dans de nouvelles mines de lignite est non seulement politiquement irresponsable vis-à-vis du climat mais mènera aussi à des pertes économiques s’élevant à des milliards d’euros », a ajouté Rainer Hinrichs-Rahlwes.

Les vieux véhicules interdits de circulation à Barcelone

Barcelone interdira aux voitures vieilles de plus de 20 ans de circuler pendant les jours de semaine afin de réduire les émissions de CO2 de 30 % en 15 ans. Un article de notre partenaire, The Guardian.

Selon l’étude, s’éloigner des combustibles fossiles pourrait accroitre le PIB mondial de 0,8 % (1,6 milliard de dollars) d’ici à 2050. Une hausse qui résulterait d’une meilleure efficacité grâce aux nouvelles technologies et de coûts réduits associés à une production d’énergies renouvelables moins couteuse. Il y a également un énorme potentiel de création d’emplois.

« Même si 2017, à cause des élections allemandes, ne sera pas l’année de décisions audacieuses, j’espère que le prochain gouvernement enverra enfin un signal clair et s’attaquera à l’élimination du charbon, du pétrole et d’autres combustibles fossiles, tout en accélérant le développement des énergies renouvelables », a conclu Rainer Hinrichs-Rahlwes.